Marie-Madeleine

2 04 2018

mariemadeleineDans la salle très peu de monde, presque personne pour être franc, bon, il est 10h30 et c’est le lundi de Pâques.
Le film commence par une immersion sous la mer, une femme coule ou se laisse aller vers le fond. Puis elle remonte. J’ai cru que nous nous étions trompé de film, mais non. Très vite, on revient sur terre, les images sont tristes, grises, la terre est pauvre, pelée, les femmes pêchent et réparent les filets pendant que les hommes vont écouter un guérisseur, Jésus. Les hommes sont poilus et très cons, la vie est rude et triste. Le décor est planté, ça ne donne pas très envie d’y emménager.
Jésus erre, se fatigue, hésite, s’énerve, s’écroule. Je marche à fond dans l’interprétation de Joaquin Phoenix, je pense que c’est ça qui m’énerve le plus, l’idée que Jésus puisse être un grand dépressif me gène.
Marie-Madeleine, traverse tout le film sans qu’on se rende vraiment compte qu’elle est le sujet central de l’histoire. Elle est là, mais pas trop, juste assez… je suis assez déçu. Pas par Rooney Mara, comme les autres acteurs, elle joue bien, rien à dire là dessus. Mais ayant jeté un œil à certains évangiles apocryphes, je m’attendais à trouver une héroïne plus présente, plus proactive, presque une guerrière et surtout, derrière chaque grands hommes, il y a une femme, dit-on, j’imaginais qu’elle jouerai ce rôle, l’épouse de Jésus. J’ai sans doute trop fantasmé à son sujet. Elle reste une héroïne du quotidien, comme des milliards de femmes, présentes, affrontant les événements, sans cape ni lasso, sans pouvoirs magiques. Mais malheureusement, sa relation avec Jésus n’a pas assez d’espace pour se révéler, exister.
Les autres disciples sont presque invisibles. La mixité est devenue la règle, il fallait un acteur afro-américain dans le casting, Jésus c’était un peu abuser, alors, c’est tombé sur Pierre. Comme toujours, Pierre a une vision totalement décalée de la mission christique, mais il reste le chef des disciples et malgré tout accepte assez bien la présence de cette femme qui ne partage pas ses idées et semble avoir la préférence de Jésus. Judas, idéaliste ou crédule, naïf version 2.0, trahi le messie pour accélérer la venue du royaume de Dieu… il a rien compris, du coup c’est raté ! Pas de royaume, juste une corde pour se pendre. Mathieu, nommé de temps à autres, habille un peu les murs. Philippe fait la gueule et les autres… ben les autres sont probablement restés endormis au bord du chemin ou morts de tristesse au début du film.

La grande absente c’est Marie, la mère de Jésus. Bon c’est normal qu’elle n’apparaisse pas trop dans le film-titre de sa probable bru. Les rapport entre une femme et sa belle-mère sont toujours délicats. Elle croise Jésus, deux ou trois fois le long du film, elle parle une fois à Marie-Madeleine, plombant un peu plus l’atmosphère déjà lourde du film, « prépare-toi ? » dit-elle. « A quoi ? » répond l’héroïne. « A le perdre. » estoque la vierge.

On ne voit presque pas les ennemis de Jésus, pas de sanhédrin, juste assez de romains pour faire une belote, pas de Ponce « Pousse-mousse » Pilate, quelques fanatiques qui hurlent au diable c’est tout !

Le scénario, assez transparent, survole l’histoire transmise par l’évangile, niveau catéchisme première année. Pas d’écueil, pas de révélations, dépression du début à la fin avec un climax quand Jésus pique une crise au temple, arrachant les barrières, déclenchant une émeute qui se termine en fuite au mont des oliviers. Rien de surnaturel, dans cette version de l’histoire, Jésus n’est pas amphibie, n’a pas inventé le McFish et n’a pas de compétence de sommelier. Quelques miracles cependant, une aveugle qui louche retrouve la vue. Un peu plus loin, Lazare semble mort, l’est-il vraiment ? On se le demande. Jésus habitué à tourner de l’œil à chaque miracle, préfère s’allonger à ses côtés et posant ses mains sur lui, le réveille… Miracle ! s’écrit Judas, depuis le temps qu’il attendait un signe.

Au mont des oliviers tout s’accélère, Judas trahi, les romains assomment Marie-Madeleine et arrêtent Jésus. Elle se réveille et découvre que Jésus a été torturé et condamné. Elle le retrouve dans les rues alors qu’il trimballe sa croix vers le Golgotha. Il meurt vite, mis dans une grotte rapidement. Tout ça sous l’œil de Marie-Madeleine qui est la seule à assister au supplice et à la résurrection. C’est d’ailleurs elle qui va l’annoncer aux autres disciples qui n’y croient pas une seconde. L’histoire s’arrête sur elle marchant dans la rue et portant le flambeau du christ sous le regard complice des femmes qu’elle croise.

J’oubliais le plus important, le message du film : le royaume de Dieu est en chacun de nous !

Et puis si vous ressentez l’invisible, vous serez surpris par les énergies et les informations subtiles qui accompagne le visionnage.

Merci de m’avoir lu et bon film !

Publicités




La rencontre qui fait du bien (septembre 2017)

1 09 2017

Que diriez-vous de se retrouver dimanche 10 septembre 2017 de 11h à 17h au parc de l’île Saint-Germain (Issy-les-Moulineaux) pour une nouvelle rencontre qui fait du bien ? Au programme :

  • rencontre avec des personnes qui nous ressemblent,
  • pique-nique
  • rencontre avec les esprits de la nature et autres énergies invisibles,
  • checkup énergétique personnalisé et méthode pour que vous puissiez le faire à votre tour,
  • réponses à vos questions.

Tarif : sur don.

Pour participer, contactez-moi par téléphone (ici) ou sur la page FB de l’évènement (Page de l’événement).





Hebdomad’AIR

2 03 2017

11_IMG_5064 [640x480]De retour sur le blog après une longue, très longue absence. Je vous propose un nouveau type de rencontre, hebdomad’AIR !

Hebdomad’AIR, c’est simple, il s’agit de prendre l’air, une fois par semaine.
Inspirer à pleins poumons, l’innocence, la nature, l’énergie qui nous entoure, se remplir de bienfaits.

C’est aussi expirer jusqu’au fin fond des alvéoles, tous les déchets que notre corps emmagasine, vider les poubelles énergétiques, physiques, mentales, spirituelles.
Avancer dans notre vie plus facilement en s’accordant une heure pour soi.
Rencontrer des personnes qui nous ressemblent.
Partager.

Voilà, Hebdomad’AIR c’est tout ça, et peut-être un peu plus.

Si vous êtes tentés, retrouvez-moi, pour commencer, au jardin Atlantique les :
Mardi 7, 21 et 28 mars de 11h à 12h.
Vendredi 10, 24 et 31 mars de 12h à 13h.

Merci de confirmer votre présence par email (ici).
Tarif sur don.





La rencontre qui nous fait du bien !

20 06 2016

13427924_1747234158869155_1431604550853330438_nDimanche 17 juillet à partir de 14h, sur l’île St Germain (Issy-les-Moulineaux), « la rencontre qui nous fait du bien ».
Atelier énergétique, bien-être, l’invisible, changement de paradigme…
Nous commencerons avec un check-up énergétique, nous évoluerons dans ce parc entre les bras de la Seine en contact avec les énergies subtiles vers un nouveau paradigme.

Participation sur don (vous donnez en fonction de vos moyens et de ce que vous recevez).

Vous pouvez vous inscrire par mail (ici). Pas d’inquiétude si je ne vous répond pas tout de suite, je vais parfois dans des lieux où internet est absent… oui, oui, ça existe !





Promenade Subtile au Parc de Saint-Cloud

14 06 2016

J’aurai le plaisir de partager avec vous quelques outils, quelques infos, quelques connaissances sur le monde qui nous entoure, visible et invisible.
L’occasion pour ceux qui me connaissent de se revoir et de faire un point, et pour ceux qui ne me connaissent pas encore de venir découvrir l’univers tel que je le perçois.

Participation sur don (échange juste, vous donnez en fonction de vos moyens et de ce que vous recevez).

Coordonnées google maps du point de rdv :
48.840689, 2.217458
Allée des lilas, Saint-Cloud.

Inscription conseillée par mail :
lesabotdepegase@yahoo.fr

Ou par téléphone : 06 26 46 45 60





Aujourd’hui, j’ai voyagé dans le temps

24 05 2016

transilien [640x480]Enfin presque, j’ai rattrapé deux minutes en en perdant huit. Si c’était un énoncé d’exercice de mathématiques, je serais incapable de le résoudre, mais heureusement c’est une histoire de train.

Cela c’est passé cet après midi à Montparnasse où j’allais prendre le train pour rentrer chez moi après une consultation, je suis arrivé aux tourniquets alors qu’une sonnerie stridente retentissait sur les quais. C’était le signe que je venais de rater mon train… le prochain étant prévu dans trente minutes, j’ai consulté les écrans listant les autres trains en partance. J’ai vu un train dont le départ était prévu, huit minutes plus tard mais qui ne s’arrêtait pas chez moi mais à deux longues stations de là. J’ai hésité longtemps, sept minutes trente pour être précis et j’ai décidé de sauter dedans. Je me suis dit que ça ne servait à rien, car je serais obligé d’attendre la correspondance une vingtaine de minutes pour rentrer chez moi. Mais une petite voix, que je connais bien, insista lourdement. « Prend ce train tu vas vivre une aventure extraordinaire, tu vas voyager dans le temps et rattraper le train que tu as manqué ». Je n’ai pas pu résister. A peine assis, la loco a démarré, elle a roulé, chevauché les rails, volé au-dessus du ballast, dépassé un train, puis deux, puis trois, puis quatre, puis j’ai arrêté de compter de peur d’avoir la nausée. Puis elle c’est enfin arrêtée, même pas essoufflée. « C’est fait, tu peux descendre, la magie a opéré », a murmuré la petite voix. Je suis descendu, panne de l’affichage sur le quai. Impossible de savoir quel train allait se pointer ni sur quelle voie. J’ai parcouru la gare et j’ai trouvé un écran qui fonctionnait. Mon train, celui que j’avais manqué, arrivait dans six minutes.

J’espère que ma petite histoire vous a plu, on cherche la magie là où elle n’est pas, alors que nous sommes tous magiciens.





Et la politique ?

14 05 2016

IMG_3277 [640x480]Après une longue absence sur le blog, me revoici encore poussé par le hasard vers des chemins que je ne comprend pas toujours mais que je suis avec curiosité. Depuis quelques mois, je voulais trouver un moyen d’extérioriser ma frustration, ma colère, mon dépit face à la vie politique, face à tous ces élus qui nous trahissent, qui ne pensent qu’à leur profit et oublient qu’ils sont au service des autres, de nous. J’ai erré d’un mouvement à un autre, d’un site à un autre, pas satisfait des idées, des propositions ou des personnes qui les dirigent. Alors que je ruminais dans mon coin, visionnant quelques posts sur FB, je suis tombé sur la vidéo d’une femme qui râlait parce qu’elle avait été flashée à 72 km/h sur une portion limitée à 70. J’ai été captivé, je ne sais pas pourquoi. Pendant son monologue, elle a nommé le site LaPrimaire.org… je ne sais plus trop pourquoi. Le fait est que ça m’a interpellé. Je suis allé voir, j’ai parcouru, lu quelques programmes, me suis dit que j’allais soutenir un candidat et puis non finalement on n’est jamais mieux servi que par soi même, je vais me présenter ! Voilà le temps d’écrire mon programme, ou plutôt de mettre au clair quelques idées… je suis candidat !

Certains et certaines parmi vous ont déjà soutenu ma candidature via FB, merci à vous et désolé de remettre ça mais il y a aussi pas mal de monde qui n’est pas sur les réseaux sociaux. Pour ceux et celles qui souhaiteraient me soutenir, voici le lien vers ma fiche sur LaPrimaire.org et quelques explications pour m’apporter votre soutien.

https://laprimaire.org/candidat/194553627084

A partir de cette page, vous pouvez accéder à mon profil qui contient le programme que je propose. Vous pouvez lancer la procédure de soutien en cliquant sur le bouton vert « Apporter mon soutien ». Si vous cliquez sur ce bouton, il vous faudra indiquer un n° de téléphone sur lequel vous recevrez le code nécessaire pour valider votre soutien.

Vous pouvez jusqu’au 30 juin, me permettre d’atteindre les 500 soutiens citoyens nécessaires pour pouvoir participer à la seconde phase de la primaire.

Vous voulez changer de paradigme… allons-y !