Rencontre qui fait du bien le 26 mai 2018

20 05 2018
wood light vacation picnic

Photo by Pixabay on Pexels.com

 

Vous êtes plusieurs à me demander une nouvelle sortie énergétique, c’est vrai que ça fait un moment depuis la dernière ! Je vous propose de nous retrouvez sur l’île St Germain, samedi 26 mai 2018 de 14h à 18h. Apportez de quoi vous hydrater, vos énergies, vos questions, nous ferons un petit bout de chemin aux frontières de l’invisible et du merveilleux.

Pour ceux qui ne connaissent pas, nous irons à la rencontre des énergies du lieu, par exemple les esprits de la nature, nous ferons quelques exercices pour améliorer votre ancrage et votre alignement et surtout nous partagerons un bon moment avec des personnes qui nous ressemblent.

Date : samedi 26 mai 2018 à 14h
Lieu de rdv : Entrée du parc de l’ile St Germain avenue Jean Monnet, 92130 Issy-les-Moulineaux
Tarif : sur don
Inscription : par sms ou email

 

Publicités




A gauche toute !

18 05 2018

Macron n’a pas décidé de rejoindre Mélenchon, non, rien à voir avec la politique. C’est un petit retour sur le corps, mon corps et tous ses petits problèmes qui chose étrange se manifestent à gauche.

Je vais commencer par le début de l’année, lors de l’épisode neigeux. J’ai des crampons que je peux ajouter à mes chaussures et m’évitent bien des dérapages, mais je suis passé voir ma mère et elle n’a pas de crampons. Comme elle devait sortir son chien trois fois par jours, je lui ai prêté les miens, je me suis dit que c’était moins risqué pour moi de sortir sans crampons que pour elle. Elle a complètement oublié de les mettre et le lendemain, j’ai fais une belle glissade qui ne m’a pas permis de conserver une certaine verticalité. Je me suis retrouvé en arrière, sur la main gauche et le pied droit. Le pied c’est normal, mais la main, n’a pas pour habitude de supporter subitement mes 75 kg. Malgré tout, je me suis redressé comme j’ai pu en essayant de garder un maximum de dignité. Bon sur le coup, comme souvent, je n’ai pas trop senti de douleur, mais au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient, elle c’est installée au poignet et à l’épaule. Je me suis fait un soin, la douleur au poignet c’est estompé en quelques jours, mais l’épaule à persisté.

Quelques semaines plus tard, je pars en Bretagne, l’épaule est moins douloureuse, mais lorsque j’effectue certains gestes, lever le bras ou insérer ma carte pour payer le péage, je déclenche une vive décharge en haut du bras. Il y a quatre péages pour aller en Bretagne, un vrai calvaire ! Une fois sur place je n’arrête pas de porter des trucs, de couper d’autres trucs, de creuser à gauche ou piocher à droite. Et puis, un jour ou je suis en consultation téléphonique dans le jardin, comme d’habitude, je me balade au grès de la conversation, je me retrouve à devoir passer par dessus du bois entreposé là dans l’attente de son utilisation pour construire la serre semi-enterrée. Il a plu, normal on est en Bretagne me diront certaines mauvaises langues et le bois est bien mouillé, je pose le pied sur un planche et me retrouve propulsé dans les airs. La propulsion n’a pas durée longtemps, je m’écrase sur le tas de bois, m’enfonce le coin d’un panneau épais de 2 cm dans le côté gauche, assez violemment pour casser le panneau, ressentir une vive douleur et avoir le souffle coupé… je me relève comme je peux sans lâcher le téléphone et en continuant à parler tant bien que mal à la personne en consultation. Au bout de quelques pas, je prend conscience que je me suis bien amoché, me demandant même si je ne vais pas aller rapidement aux urgences, d’après les douleurs et les sensations que je ressens, je me suis au minimum fêlé une côte et je dois avoir un décollement de la plèvre. Je termine la séance et commence à scanner ma poitrine, je me fais un soins avec la main droite en visualisant mes côtes et mon poumon. Je fais circuler l’énergie bloquée par le choc. Constatant que ma respiration est stable même si je ne peux pas inhaler à fond, je renonce aux urgences.

De retour en région parisienne, après la torture des quatre péages, le pneumothorax guéri rapidement et je laisse ma côte se ressouder tranquillement. Une semaine avant de repartir en Bretagne tout est rentré dans l’ordre sauf la douleur au niveau du bras quand je fais certains mouvements.

Re-péages, re-douleurs… je me lance dans le montage de la structure de la serre semi-enterrée, pas facile quand on a mal au bras. J’en parle à un ami qui a de bonnes capacités énergétiques et qui me fais un petit soin au niveau de l’épaule. Je me sens mieux ! Super ! Je lève plus haut le bras et c’est nettement moins douloureux, parfait, je me lance totalement dans le montage de la serre… et c’est le drame ! J’enchaine coup de marteau sur coup de marteau jusqu’à ce que je ripe sur un clou trop usé et que la course de mon marteau se termine sur mon pouce gauche, de plein fouet, bien à plat sur la totalité de la dernière phalange, j’ai des petits doigts. Je lâche le marteau sous une pluie de jurons, retire difficilement le gant qui devait protéger ma main. Pas de coupure, pas de saignements externes, mais le pouce à été pris entre le bois et le marteau et il n’a pas aimé ça, mais alors pas du tout. Je fais quelques passes autour du doigt et pour finir enfourne le pouce dans ma bouche faisant la ventouse entre le palais et la langue. J’ai fais ça pendant une heure, peut-être plus. Au final, j’ai sauvé mon ongle, en tout cas au moment où j’écris ces lignes, j’ai eu un beau caillot de sang sur la pulpe du pouce, deux petits de chaque côté à mi-ongle et une légère coloration à la naissance de l’ongle.

On pourrait croire que tout s’arrête là… ayant moins mal au pouce, il fallait sans doute que j’exprime encore quelque chose à gauche ? Ben je me suis cassé un bout de dent, une prémolaire inférieure gauche ! J’attends le verdict du dentiste dans quelques jours… mais j’espère que ça va s’arrêter là. J’ai visiblement du mal à comprendre quelque chose en lien avec ma gauche… qu’est ce que ça peut être ?

Je vous propose un sondage, histoire de voir ce que vous en pensez, vous pouvez proposer d’autres réponses.
Cliquez ici pour accéder au sondage.





Serre semi-enterrée

4 05 2018

Voilà quelques temps, presque 2 ans, je crois, que j’ai commencé à creuser au fond de mon jardin en Bretagne. L’objectif était de construire une serre semi-enterrée. J’ai profité d’un creux existant. Au départ, j’avais prévu de faire une serre de 16 à 20 m², de 1m90 de profondeur, avec un toit bâché en bois et des fenêtres de récupération sur la face sud. Mais cette année j’en ai eu marre de creuser, on n’est pas au bagne !
Alors j’ai adapté. J’ai fini de creuser une zone de 7m² sur une profondeur d’1m40, j’ai rehaussé la profondeur avec une structure bois. Bois récupéré chez des amis. D’autres amis m’ont fournis de vieilles bâches. J’ai acheté des tubes utilisés pour passer le câblage électrique, 20 tubes de 2m pour moins de 15€, des pinces à bâche pour 13€. A l’aide de ruban isolant, j’ai monté la structure du toit. Le résultat est convenable, quand le vent souffle on se croirait sur un voilier, tout bouge mais tout reste en place. J’ai fait une petite vidéo pour vous montrer rapidement le résultat, bon ça ne paye pas de mine, mais le lendemain, j’ai acheté quelques plants potagers que j’ai installé sur place et au final ça le fait fait bien.





Marie-Madeleine

2 04 2018

mariemadeleineDans la salle très peu de monde, presque personne pour être franc, bon, il est 10h30 et c’est le lundi de Pâques.
Le film commence par une immersion sous la mer, une femme coule ou se laisse aller vers le fond. Puis elle remonte. J’ai cru que nous nous étions trompé de film, mais non. Très vite, on revient sur terre, les images sont tristes, grises, la terre est pauvre, pelée, les femmes pêchent et réparent les filets pendant que les hommes vont écouter un guérisseur, Jésus. Les hommes sont poilus et très cons, la vie est rude et triste. Le décor est planté, ça ne donne pas très envie d’y emménager.
Jésus erre, se fatigue, hésite, s’énerve, s’écroule. Je marche à fond dans l’interprétation de Joaquin Phoenix, je pense que c’est ça qui m’énerve le plus, l’idée que Jésus puisse être un grand dépressif me gène.
Marie-Madeleine, traverse tout le film sans qu’on se rende vraiment compte qu’elle est le sujet central de l’histoire. Elle est là, mais pas trop, juste assez… je suis assez déçu. Pas par Rooney Mara, comme les autres acteurs, elle joue bien, rien à dire là dessus. Mais ayant jeté un œil à certains évangiles apocryphes, je m’attendais à trouver une héroïne plus présente, plus proactive, presque une guerrière et surtout, derrière chaque grands hommes, il y a une femme, dit-on, j’imaginais qu’elle jouerai ce rôle, l’épouse de Jésus. J’ai sans doute trop fantasmé à son sujet. Elle reste une héroïne du quotidien, comme des milliards de femmes, présentes, affrontant les événements, sans cape ni lasso, sans pouvoirs magiques. Mais malheureusement, sa relation avec Jésus n’a pas assez d’espace pour se révéler, exister.
Les autres disciples sont presque invisibles. La mixité est devenue la règle, il fallait un acteur afro-américain dans le casting, Jésus c’était un peu abuser, alors, c’est tombé sur Pierre. Comme toujours, Pierre a une vision totalement décalée de la mission christique, mais il reste le chef des disciples et malgré tout accepte assez bien la présence de cette femme qui ne partage pas ses idées et semble avoir la préférence de Jésus. Judas, idéaliste ou crédule, naïf version 2.0, trahi le messie pour accélérer la venue du royaume de Dieu… il a rien compris, du coup c’est raté ! Pas de royaume, juste une corde pour se pendre. Mathieu, nommé de temps à autres, habille un peu les murs. Philippe fait la gueule et les autres… ben les autres sont probablement restés endormis au bord du chemin ou morts de tristesse au début du film.

La grande absente c’est Marie, la mère de Jésus. Bon c’est normal qu’elle n’apparaisse pas trop dans le film-titre de sa probable bru. Les rapport entre une femme et sa belle-mère sont toujours délicats. Elle croise Jésus, deux ou trois fois le long du film, elle parle une fois à Marie-Madeleine, plombant un peu plus l’atmosphère déjà lourde du film, « prépare-toi ? » dit-elle. « A quoi ? » répond l’héroïne. « A le perdre. » estoque la vierge.

On ne voit presque pas les ennemis de Jésus, pas de sanhédrin, juste assez de romains pour faire une belote, pas de Ponce « Pousse-mousse » Pilate, quelques fanatiques qui hurlent au diable c’est tout !

Le scénario, assez transparent, survole l’histoire transmise par l’évangile, niveau catéchisme première année. Pas d’écueil, pas de révélations, dépression du début à la fin avec un climax quand Jésus pique une crise au temple, arrachant les barrières, déclenchant une émeute qui se termine en fuite au mont des oliviers. Rien de surnaturel, dans cette version de l’histoire, Jésus n’est pas amphibie, n’a pas inventé le McFish et n’a pas de compétence de sommelier. Quelques miracles cependant, une aveugle qui louche retrouve la vue. Un peu plus loin, Lazare semble mort, l’est-il vraiment ? On se le demande. Jésus habitué à tourner de l’œil à chaque miracle, préfère s’allonger à ses côtés et posant ses mains sur lui, le réveille… Miracle ! s’écrit Judas, depuis le temps qu’il attendait un signe.

Au mont des oliviers tout s’accélère, Judas trahi, les romains assomment Marie-Madeleine et arrêtent Jésus. Elle se réveille et découvre que Jésus a été torturé et condamné. Elle le retrouve dans les rues alors qu’il trimballe sa croix vers le Golgotha. Il meurt vite, mis dans une grotte rapidement. Tout ça sous l’œil de Marie-Madeleine qui est la seule à assister au supplice et à la résurrection. C’est d’ailleurs elle qui va l’annoncer aux autres disciples qui n’y croient pas une seconde. L’histoire s’arrête sur elle marchant dans la rue et portant le flambeau du christ sous le regard complice des femmes qu’elle croise.

J’oubliais le plus important, le message du film : le royaume de Dieu est en chacun de nous !

Et puis si vous ressentez l’invisible, vous serez surpris par les énergies et les informations subtiles qui accompagne le visionnage.

Merci de m’avoir lu et bon film !





La rencontre qui fait du bien (septembre 2017)

1 09 2017

Que diriez-vous de se retrouver dimanche 10 septembre 2017 de 11h à 17h au parc de l’île Saint-Germain (Issy-les-Moulineaux) pour une nouvelle rencontre qui fait du bien ? Au programme :

  • rencontre avec des personnes qui nous ressemblent,
  • pique-nique
  • rencontre avec les esprits de la nature et autres énergies invisibles,
  • checkup énergétique personnalisé et méthode pour que vous puissiez le faire à votre tour,
  • réponses à vos questions.

Tarif : sur don.

Pour participer, contactez-moi par téléphone (ici) ou sur la page FB de l’évènement (Page de l’événement).





Hebdomad’AIR

2 03 2017

11_IMG_5064 [640x480]De retour sur le blog après une longue, très longue absence. Je vous propose un nouveau type de rencontre, hebdomad’AIR !

Hebdomad’AIR, c’est simple, il s’agit de prendre l’air, une fois par semaine.
Inspirer à pleins poumons, l’innocence, la nature, l’énergie qui nous entoure, se remplir de bienfaits.

C’est aussi expirer jusqu’au fin fond des alvéoles, tous les déchets que notre corps emmagasine, vider les poubelles énergétiques, physiques, mentales, spirituelles.
Avancer dans notre vie plus facilement en s’accordant une heure pour soi.
Rencontrer des personnes qui nous ressemblent.
Partager.

Voilà, Hebdomad’AIR c’est tout ça, et peut-être un peu plus.

Si vous êtes tentés, retrouvez-moi, pour commencer, au jardin Atlantique les :
Mardi 7, 21 et 28 mars de 11h à 12h.
Vendredi 10, 24 et 31 mars de 12h à 13h.

Merci de confirmer votre présence par email (ici).
Tarif sur don.





La rencontre qui nous fait du bien !

20 06 2016

13427924_1747234158869155_1431604550853330438_nDimanche 17 juillet à partir de 14h, sur l’île St Germain (Issy-les-Moulineaux), « la rencontre qui nous fait du bien ».
Atelier énergétique, bien-être, l’invisible, changement de paradigme…
Nous commencerons avec un check-up énergétique, nous évoluerons dans ce parc entre les bras de la Seine en contact avec les énergies subtiles vers un nouveau paradigme.

Participation sur don (vous donnez en fonction de vos moyens et de ce que vous recevez).

Vous pouvez vous inscrire par mail (ici). Pas d’inquiétude si je ne vous répond pas tout de suite, je vais parfois dans des lieux où internet est absent… oui, oui, ça existe !