Il est tombé !

27 05 2015

La vie ne tient qu’à un fil, samedi 2 mai 2015, j’en ai fait l’expérience. Dans le jardin de Callac, il y a un arbre que certains d’entre vous ont rencontré. J’en ai déjà parlé ici. Depuis, j’ai appris que c’était un peuplier, il plie, il plie le peuplier. Donc ce samedi, je me suis mis au fond du jardin, sous l’ombre de cet arbre titanesque à faire des terrasses sur la pente qui descend sur le chemin communal qui borde mon terrain à l’est. La pente étant trop raide, je ne peux rien y faire pousser et rend la descente difficile lorsque je veux explorer le petit chemin.
C’était la fin de journée, j’allais bientôt arrêter de terrasser. Cela faisait un bon moment que des craquements accompagnaient mes coups de fourches mais là, mon attention fut attirée par l’accélération des craquements de un toutes les 5 ou 10 minutes j’avais droit à un craquement toutes les 10 secondes… je me tourne vers la source des bruits, un noisetier en bas, de l’autre côté du chemin. Je le toise du bas vers le haut et constate qu’une grosse branche qui ne lui appartient pas est appuyée sur son sommet. Je suis du regard la grosse branche, elle rejoint le tronc massif du peuplier qui me surplombe… il fonce droit sur moi, j’ai l’impression que tout se passe au ralenti, je vois l’arbre qui plonge droit sur moi, je suis au milieu de la pente, j’ai 5  mètres à grimper sur un sol peu stable, plein de cailloux et autres objets hétéroclites qui émergent du sol. Je prends ma fourche à pleines mains, je ne sais pas pourquoi et je me lance sur la pente, à peine ai-je fait 2 enjambées que retenti un terrifiant craquement, les racines de l’arbre viennent de rompre. Heureusement que le noisetier m’a prévenu, je quitte la pente et l’arbre se fracasse sur le toit du hangar de mon voisin. Je me retourne, l’arbre ne bouge plus. Je m’approche, une des grosses branches est plantée au sol exactement à l’endroit que j’occupais quelques secondes plus tôt. J’ai eu chaud !
Mon voisin d’en face arrive en courant, le bruit à alerté sa femme qui m’avait vu travailler au fond du jardin. Je vais bien et le rassure. Le voisin dont le hangar à reçu l’arbre, arrive à son tour… « mon toit est complètement détruit ! » hulule t-il. Je lui fait signe qu’il n’y a que 50 cm² d’ardoise qui ont sauté. « Vous avez tué mes salades ! » rajoute t-il. Je regarde son potager, au pied du hangar, mon voisin nonagénaire avait semé des graines la veille, quelques branches ont échoué sur la terre labourée. Voyant que ses propos ne tiennent pas la route, il repart en une autre lamentation. « Vous ne m’écoutez jamais… avant, je désherbais une partie de votre terrain, je n’avais pas de pissenlits sur ma pelouse, maintenant, je suis obligé de désherber chez moi ! », « je vais porter plainte, il est interdit de planter des pissenlits en ville ! ». Il part en radotant, j’hallucine et j’atterris me rendant compte combien c’est passé près cette fois-ci. Je dois avoir 9 vies comme les chats ou alors de supers anges-gardiens/gardes du corps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Actions

Information

One response

28 05 2015
Caroline

Ouf !!!
Merci au noisetier et merci aux anges !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :