Canada, une journée avec des canadiens

26 10 2011

Le stage de Jean-Pierre, comprenait une journée avec des canadiens, c’était le 11 septembre 2011… une date très marquée.
Le soleil était au rendez-vous, un premier stagiaire est arrivé en voiture, Jean-Michel, né en Afrique, immigré au Canada 15 jours avant le fatidique 11 septembre 2001, canadien depuis 10 ans. Peu après, une voiture se gare, un homme au crane rasé, équipé comme un chasseur ou un militaire de retour de mission nous rejoint, il marche comme un légionnaire, nous scrute comme un combattant et se présente sous le prénom de Martial, comme ça lui va bien. Au moment où je pensais que plus personne nous rejoindrais, arrivent deux jeunes gens, Aurélien et Marion, il sont français, se baladent à travers le Canada, peut-être s’y installeront-ils dans quelques mois.

Jean-Pierre et Christophe, coaniment le stage, ils partagent quelques notions de base avec les nouveaux venus, le rapport avec les ancêtres, le vrai message du 11 septembre… quand on veut communiquer et que l’on a l’impression de ne pas être écouté, on fini par s’exprimer de façon violente et à l’opposé du message que l’on voulait transmettre. La technique de diffusion.
Une fois tout cela intégré, c’est l’heure du brunch, saucisses, patates, œufs, sirop d’érable, toast, confiture, beurre de cacahuète… puis nous partons gambader en forêt. La réserve est un lieu très humide, des ruisseau, la sillonnent, le sol est recouvert d’un tapis de mousse qui ressemble parfois à un matelas tant il est épais. Nous allons diffuser sur les lieux de notre choix, chacun son tour, nous allons choisir un lieu, un arbre, une pierre, connecter l’énergie présente et faire circuler les infos entre le lieu, les stagiaires et nous.

Chacun a choisi un lieu qui lui correspondait, Christophe et Jean-Pierre, distribuent des petites phrases « karcher » qui décollent les blocages de surface. Chacun exprime ainsi une partie de sa personnalité. Finalement mon tour arrive, depuis le début, je me vois couché sur la mousse, contemplant le ciel… je marche sur le chemin et sur ma gauche, une clairière moussue, accueillante, si accueillante que je m’empresse de me diriger dessus. Jean-Pierre semble deviner mon idée, il me demande si on va se coucher sur la mousse, je joins le geste à la parole et m’allonge sur le matelas vert, imité par les autres stagiaires. Je regarde le ciel bleu, les branches de sapin, il faut que nous formions un réseau comme les aiguilles de ces conifères qui sont rattachées aux branches qui forment elles-même les arbres autour de nous, qui tissent cette forêt qui tapisse ce continent qui couvre une partie de notre planète, etc. Un pic-vert sonne le réveil en tapant du bec contre un arbre. Debout !

Nous regagnons le campement, après quelques échanges autour d’une tasse de thé, les canadiens nous quittent. Une journée bien sympathique.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :