Rapa Nui, les 7 moaï et le tsunami perdu

13 04 2011

C’est pour moi de loin le site le plus impressionnant, au bout d’une petite route de terre et de trous, un muret derrière lequel se dressent 7 colosses de pierre face à l’océan, lointain, certes mais il est là-bas, droit devant. 7 comme les nains de blanche neige, 7 comme les chakras, 7 comme les couleurs de l’arc-en-ciel, 7 comme les notes de musique, 7 comme les samouraïs qui traversant le pacifique comme le tsunami que l’on n’a toujours pas vu sont devenus mercenaires sous les ordres de Yul Brynner… enfin bon je me disperse ! Ils sont donc 7, ces magnifiques moaï, chacun son rôle, mais tous à l’unisson, ne formant qu’un, un pour tous et tous pour un ! Non ils étaient 4 ceux-là. Bref, JP et Christophe nous font part de leur ressentis. C’est un lieu dédié au 8e chakra, le chakra qui permet la connexion au groupe. Ce lieu fut le point de rencontre entre une civilisation très évoluée et quelques hommes. Il y eu transmission de connaissances, mais les humains, ont préféré oublier ces informations pour pouvoir revivre le processus qui a conduit à ce niveau de connaissances. Au-delà de ça, je suis scotché devant ces personnalités de pierre, le lieu m’inspire, m’aspire… j’ai l’impression d’être revenu à la maison.
Nous allons passer la nuit là, il faut penser à préparer le bivouac car la nuit tombe. Les hommes du groupe partent chercher du bois pour faire un feu.
Sandwichs, chips, guitare, chansons de notre chaman, feu de bois. Je ressens le besoin de m’isoler, je rejoins les moaïs, au loin une silhouette de cheval, quelques hennissements sous la lune… c’est magnifique ! Au loin sur d’autres collines, 2 ou 3 feux de camps mouchettent le voile noir de la nuit. Et toujours pas de tsunami !
Il est l’heure de se coucher, nous avons pris des couvertures à l’hôtel. Certains se couchent près du feu car un vent frais c’est levé faisant chuter la température. D’autres préfèrent l’abri de la voiture, enfin les plus téméraires s’installent au pied du ahu, derrière les 7 moaïs. Je trouve un coin à peu près plat, sur lequel il n’y a pas trop de cailloux. Le ahu nous protège du vent, la silhouette des moaïs se détache sur le ciel étoilé, c’est splendide ! Je n’ai jamais vu autant d’étoiles, ni la voie lactée… le sol est dur, même si dormir là dans l’inconfort va être difficile, c’est une expérience que je suis heureux de vivre. Je fini par m’endormir, mais me réveille de temps à autre, quand Biou se redresse, alertée par des bruits amplifiés par la nuit. Des chevaux se baladent,  apostrophant les étoiles et alertant ma compagne, qui fait un bond… Attention, les chevaux vont nous piétiner ! Dit-elle. Puis elle se recouche.
Le ciel s’éclaire, les étoiles disparaissent.  Nous nous levons, remettons les lieux en état et de nouveau en voiture vers l’hôtel.
Si le tsunami est passé, personne ne l’a vu.

Publicités

Actions

Information

2 responses

19 04 2011
Stéphane

Hello Angel !

En te lisant, c’est comme si j’y étais! T’as la plume de l’écrivain !
Et merci pour les photos, pour le côté prise de contact, ça opére…

A bientôt la suite tu disais ! Alors je patiente…

Merci et à dans quelques jours!!!

Bises à toi et à Biou 😉

19 04 2011
Pegase

Salut Stéphane,
je suis content de lire ce que tu écris, c’était le but des articles, ça fonctionne c’est SUPER !!!!
Merci pour les compliments et à bientôt pour la suite des aventures « éthériques »…
Super bises !!! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :