Rapa Nui, alerte tsunami !

11 04 2011

Comme la plage est belle, l’eau est chaude, je flotte, je fais la planche et le ressac me berce. Je flotte tellement sur cette eau salée que je finis par émerger totalement… je m’élève au dessus de l’onde, je prend de l’altitude, je m’envole loin de l’eau, loin de la plage.
Tsunami ! Despertaros ! De prisa… Tsuuuunaaaamiiii !
Je tombe, je m’écroule absorbé par le noir, la nuit. J’ouvre un oeil avant de toucher l’eau. Quelqu’un tambourine aux portes, en nous incitant à  nous bouger. Je ne comprends rien à ce qui se passe, la femme en panique vocifère en espagnol dehors… elle dit qu’un tremblement de terre a eu lieu au Japon, un tsunami vient vers l’île de Pâques. Je me lève, mais je ne bouscule personne contrairement à Claude François, car Biou est déjà debout. Elle ouvre la porte et la femme se précipite vers elle lui répétant en boucle l’alerte tsunami.
Nos compagnons nous rejoignent dehors, il pleut averse, il fait nuit, il est 5h30 du matin. Nous allons dans la salle commune regarder les infos à la télé. Le présentateur confirme nos craintes, un terrible tremblement de terre, 8,9 sur l’échelle de Richter a dévasté le Japon, provoquant un tsunami attendu vers 18h00 sur l’île. 19 pays sont en alerte. Les autorités demandent à toutes les personnes résidant sur l’île de se regrouper soit à l’église soit à l’aéroport. Nous prenons quelques affaires, de quoi manger, de quoi fumer pour certains, de quoi se coiffer pour d’autres. Nous montons dans la voiture et nous rendons à l’église. Sur le chemin, la pluie ne cesse de tomber ajoutant encore à l’angoisse générale. Nous croisons quelques autochtones en voiture, ils ont l’air calme. Arrivés en face de l’église, personne. Nous attendons sur place, finalement une voiture de carabiniers chiliens qui patrouille s’arrête et nous donne les dernières directives. Nous pouvons retourner à l’hôtel, mais nous devons revenir soit à l’église, soit à l’aéroport à midi.
Nous retournons à l’hôtel pour prendre le petit déjeuner. Le mari de Petra, notre cuisinière, vient nous proposer l’organisation d’un repas typique dimanche. Il nous donne les dernières nouvelles, Hawaï n’aurait subi qu’une toute petite vaguelette en guise de tsunami. Après avoir mangé, nous prenons quelques affaires et partons vers la côte sud à la recherche du point correspondant à l’élément air.
Comme  beaucoup de ahus, celui-ci est dévasté, les moaïs sont ventre à terre, brisés.Entre le ahu et l’océan, un amas de gros cailloux sert d’émetteur. Nous faisons une petite ronde autour de lui puis nous installons dessus pour pousser la chansonnette.
Jean-Pierre, le chaman, identifie un rocher percé à quelques pas de l’eau comme étant la bouche du vent. Le vent s’infiltre avec vigueur dans cet orifice béant. En y glissant la main, nous nous imprégnions de l’élément air. Le groupe se rend près du ahu, dos aux moaïs. Nous émettons un bourdonnement en direction du point de l’air. La connexion se fait mais elle reste ténue, JP tranche, il faut revenir au coucher du soleil. En repartant, nous visitons un petit abri rocheux. Près du parking, un cheval agonise. Retour en ville direction l’hôtel, les rapa nui que nous croisons ne semblent pas affectés par l’arrivée de la vague.

Publicités

Actions

Information

2 responses

12 04 2011
Carine

la suite, la suite!!!!! je revis en te lisant, j’adore comment tu racontes!!! merki et bizzzzzzzzzzzz!!!! 🙂

12 04 2011
Pegase

Merci à toi Carine, pour ces moments partagés et ces encouragements qui me vont droit au coeur.
Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :