L’anniversaire de Oui-Oui !

2 01 2011

Vous ne vous êtes pas trompé de blog, c’est toujours le sabot de Pégase. Aujourd’hui, nous avons amené notre fille au spectacle. C’est une fan de Oui-Oui, alors direction le Palais des Congrés. En chemin, on écoute la radio, les chansons défilent… puis une chanson attire notre attention, « travailler c’est trop dur… » de Julien Clerc (http://video.mytaratata.com/video/iLyROoaftDSm.html), elle résonne bien avec ce que je vis actuellement. Arrivés à bon port, nous garons le véhicule dans le parking souterrain. Nous faisons un petit détour par une sandwicherie, nous n’avons pas encore eu le temps de manger. Nous avalons le sandwich, en partie seulement et rejoignons le torrent de parents et de bambins qui déferle vers l’entrée de la salle. Une affiche à hauteur des yeux prévient qu’il est interdit de pénétrer dans la salle avec des aliments ou des boissons… glups ! Que faisons nous avec notre petit sac qui contient 2 sandwichs entamés, un dessert et 2 boissons ? Je dois avoir un problème avec l’autorité, car ce papier fait office de porte close, je suis incapable de franchir le seuil. Je fais un petit tour dans le hall, histoire de voir si on peut déposer le sac de sandwiches au vestiaire ou en dernier ressort le mettre à la poubelle. Le vestiaire, prend 2 euros pour un vêtement et 3 pour les autres objets… 3 euros pour garder nos sandwichs, non ! Je rejoins ma femme, elle propose de rentrer dans la salle avec le sac. Je m’incline, elle prend le sac, le cache avec le doudou de notre fille, je présente les tickets au contrôleur, en masquant tant que possible ma femme… il n’a rien vu, on entre. On file vers les placeurs, qui nous dirigent vers nos fauteuils. Une personne installée sur une de nos places se lève et va s’asseoir plus loin. Nous nous asseyions, je me rends compte que je suis assis devant un petit garçon et vue ma taille je lui masque la scène. Je change de place avec Biou, ma femme, qui est plus petite que moi. Je regarde derrière moi, ça va c’est un adulte. Devant personne, quelle chance ! Une voix retenti dans les haut-parleurs, il est interdit de filmer ou de photographier le spectacle ! Le spectacle commence, les lumières s’éteignent, plusieurs appareils, iphones, caméras, appareils photos fleurissent dans les strapontins. Un couple avec une fillette se faufile devant nous et s’installe sur les fauteuils restés libres. Ils ne cherchent pas à savoir s’ils masquent ou pas la scène. D’ailleurs c’est l’homme qui s’installe devant notre fille. Du coup, je la prend dans mes bras, la musique démarre. La nuque de l’homme assis devant nous me dit quelque chose, je regarde de temps en temps et fini par le voir de profil… Julien Clerc ?!
Le show spécial Oui-Oui défile jusqu’à l’entracte. Là, autour de nous, des personnes sortent des salades, des sandwichs et autres aliments interdits… Biou veut acheter des produits dérivés pour notre fille, elle s’éclipse un instant et revient avec une torche et un t-shirt Oui-Oui. Elle me raconte qu’elle a croisé une femme qui se faisait houspiller par la sécurité parce qu’elle avait en main un paquet de biscuit, elle expliquait au « videur » qu’elle venait de les acheter dans le petit stand à l’entrée de la salle… et 2 fauteuils à notre droite, un couple et leur gamin pique-niquaient tranquillement, leurs sacs de nourriture et de couches posés à leur côté. Le chanteur devant nous, qui a vraiment une tête qui prend beaucoup de place, consulte ses sms sur son téléphone, puis ouvre son porte-monnaie quand le vendeur de produits dérivés arrive près de lui, y-a du billet là-dedans ! La pause finie, le spectacle recommence, emportant les plus petits dans les aventures de Oui-Oui. Vers la fin certains parents armés de leurs enfants s’approchent de la scène avec l’espoir de pouvoir toucher les personnages… mais la dernière note sonne et tous les figurants se ruent vers les coulisses sans se retourner, la journée est finie, travailler c’est vraiment trop dur ! Le rideau cisaille complètement le filet de rêve qui s’était créé entre les acteurs et les spectateurs… fini, les plus lucides remettent leur veste, et commencent à quitter la salle, un papa brandit son gosse de quelques mois vers les rideaux, la sécurité se précipite pour sauver l’enfant avant qu’il ne finisse emmailloté dans la tenture pourpre !
Le chanteur à la nuque célèbre recouvre sa grosse tête avec un bonnet et suivi de sa femme et de sa petite fille, se fond dans la foule qui ruisselle vers l’extérieur. Nous nous rhabillons et à notre tour, plongeons dans le flux. « Au revoir Oui-Oui ! » lance notre fille en partant.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :